L’histoire de l’armement Escoffier

Pêche. Le bulot au cœur de l'armement Escoffier

Cela fait déjà 20 ans que Loïc Escoffier pêche le homard, l'araignée et surtout le bulot au sein de l'armement créé par son père Franck-Yves Escoffier.
Après avoir été matelot à la coquille, ce dernier avait acquis son premier bateau avec son épouse Annie, le Claud'Edith. Un bateau en bois en 1983 pour la pêche au homard, araignée et tourteaux sur le plateau des Minquiers. De 2 à 3 personnes et un bateau, l'armement est passé à une vingtaine de personnes et 4 bateaux aujourd'hui.
Loïc Escoffier est à présent lui aussi armateur d'un des catamarans. Mais il compte bien ne pas s'arrêter là.

Un des plus jeunes patrons

Loïc Escoffier s'est formé au lycée maritime. Un an de CAP capacitaire et un BEP de lieutenant de pêche.
Il part ensuite 2 ans comme matelot en France mais aussi dans le Nord de l'Ecosse et le Sud-Ouest de l'Irlande.
Après un an comme matelot du Claud'Edith Il, il devient à 19 ans l'un des plus jeunes patrons de pèche, par dérogation puisque c'est normalement 21 ans.

« Pour voir si j'en étais capable, mon père me confie en 2001 le Ginie, un petit catamaran de 9 mètres et je fais mes armes au bulot avec 2 matelots ».

Loïc Escoffier est maintenant armateur des 4 bateaux, il a racheté ESCOFFIER PECHE en avril 2016, puis il le SIROCCO en décembre 2017 et enfin le GAELIK que nous avons rebaptisé le FRANCK ANNIE (comme ses parents) en novembre 2019.

Des catamarans modernes.

A cette époque, le homard était moins bon, Franck Yves Escoffier sent que le bulot devient intéressant. Il fait construire un catamaran plus moderne, à faible consommation. La carène est dessinée par Vincent Lauriot Prevost, le même que celui qui a dessiné Crêpe Waouh. C'est le Lokeya, (comme Loïc, Kevin et Yannig, les 3 fils Escoffier) sorti du chantier en mars 2005.

A 23 ans, Loïc en est le patron et l'armateur à 51%. Le Lokeya permet d'aller au large jusqu'au Sud-Ouest de Jersey. En 2007, la vente du Claude Edith I I permet de le remplacer par un autre catamaran qui reprendra son nom. Du même type que le Lokeya, il possède une passerelle avancée en aluminium. Des bateaux très stables par tous les temps.

La polyvalence et l'efficacité

« C'est ce que mon père m'a appris ».

C’est pour ça que le LOKEYA et le CLAUD’EDITH II sont également adaptés pour le filet.

De plus nos bateaux sont robustes et bien entretenus c’est quoi nous pouvons assurer à nos clients un apport de marchandise quotidien.